• Poussée inflammatoire : vivre avec les douleurs et la fatigue

    En ce début d'année, ma Spondylarthrite Ankylosante a tenu à m'indiquer qu'elle était toujours présente. Comme si, elle avait besoin de m'envoyer des signaux dès qu'elle sent que je vais un peu mieux.

    Je suis en poussée inflammatoire (douleurs zone lombo-sacrée, inter-costales, mains, yeux et mâchoire …). Alors, il faut tenir le cap plus que jamais et lui faire face sans baisser les bras.  

    Vivre avec une Spondylarthrite signifie déjà vivre avec la douleur, qui est une compagne quotidienne et dont les pics nocturnes vous réveillent et accentuent ainsi votre fatigue.
    Mais tout s'accentue, sous l’effet de l’inflammation, provoquée par notre système immunitaire qui reconnaît par erreur nos articulations comme « étrangères » et donc les agresse provoquant une douleur aux aspects multiples. Paradoxalement, la douleur ne se calme pas avec le repos et est souvent plus présente la nuit… se rappelant donc à nous au réveil, lorsque nos articulations sont engourdies et que les mouvements se font douloureux.

    Pour moi, le plus difficile à surmonter c'est l'état d'épuisement !
    Car il faut continuer à avancer sans rien laisser transparaître.
    Je suis donc pressé de revoir mon kiné lundi soir car je sais qu'il va m'apporter un soulagement immédiat.
    En raison des fêtes de fin d'année, je n'ai pu le voir pendant 3 semaines et ce laps de temps à permis à spondylarthrite de me faire subir cette première poussée inflammatoire de l'année 2018.
    Rien de grave, ça va passer ! 

    Pour autant, même en poussée, je continue à faire du vélo. C'est pour moi essentiel …. c'est ma vie !
    Il faut connaître ses limites.
    Pour moi, le signal d'alarme, ce sont les vertiges en soirée. S'ils s'installent dans la durée, je sais que je dois lever le pied.

    Allez, après quelques jours, la poussée commence à s'estomper.
    Hier, j'ai pu faire une sortie de vélo d'01h30 avec des sensations correctes.
    Aujourd'hui, grosse sortie de foncier : 130 km  et  04h20 de vélo, en groupe pour reconstruire un physique de winner.
    Bon courage à tous.

    Demain, je vais devoir retourner faire 02 h 00 de vélo, car en rentrant de ma sortie cet après-midi, j'ai fait mon  gourmand (comme d'hab) et j'ai mangé une part de galette. 
    Pas bien pour le physique mais tellement bon pour le moral. 

    Bon week-end.

    En poussée inflammatoire, je perd mon sourire mais, je me dis que c'est toujours momentané...

    Poussée inflammatoire : vivre avec les douleurs et la fatigue


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :