• Préparation en Espagne

    Le Sud de l'Espagne et plus particulièrement l'Andalousie est un formidable terrain d’entraînement.

    Ici, les températures sont bonnes pour faire du vélo. Nous sommes en bord de mer avec la montagne juste derrière nous. Si bien, que ma seule route d’entraînement est une ascension qui culmine à plus de deux heures de vélo.

    Après une semaine de vacances, tout se passe très bien.
    Je suis arrivé ici avec beaucoup de doutes et d’interrogations.
    J'ai des réponses positives à toutes mes incertitudes. Le moral est vraiment très haut.

     

    Préparation en Espagne



    Concernant, mon physique : avant de partir, mes douleurs étaient stables et principalement localisées sur ma zone lombo-sacrée. J'avais une légère ankylose au réveil, mais rien d'alarmant.
    J'avais juste avant de partir pu réguler mes vives inflammations des voûtes plantaires, en posant mes pieds sur des poches de glaces 3 fois par jour au cours des repas.
    En arrivant, en Espagne, après 15 heures de voiture ma zone lombaire était un peu plus sensible, mais très vite, j'ai pu la soulager avec le même principe, des poches de glaces 3 fois par jours.
    Pour venir faire ces 10 jours de préparation en Espagne avec un physique adapté à la montagne, j'ai perdu du poids. Je suis arrivé ici, 02 kg en dessous de mon poids de forme, soit 64 kg pour 1 m 76. 

    En une semaine, j'ai accumulé plus de 20 heures de vélo dans la montagne avec plus de 10.000 m de D+. Je me suis bien affûté et j'ai encore perdu un kilo. Tant est si bien, que je me mords régulièrement les joues en mangeant. C'est signe de forme !

    Ma semaine de préparation a été très bonne. J'ai pu parfaitement faire corps avec mon nouveau vélo qui m'apporte énormément de satisfactions. C'est une petite merveille pour la montagne.
    Je suis vraiment très content.
    C'était un pari osé de changer de matériel, à ce moment de la saison et juste avant de partir pour mon premier rendez-vous avec la montagne. Mais, c'est un pari gagnant ! 

    Le vélo est très performant pour la montagne. Les développements que nous avons choisis sont parfaits. J'ai trouvé ma cadence de pédale optimale pour rester dans une zone de confort qui me permettra de tenir longtemps. 

    Mon seul soucis, c'est mon phénomène de Raynaud dans le bout des doigts.
    Après avoir serré fortement mon guidon sous la chaleur pendant les longues heures d'ascension, lorsque j'attaque les descentes avec les changements de températures, mes doigts deviennent instantanément tout blanc, le sang n'y circulent plus pendant de longues minutes. C'est très handicapant car je n'ai plus aucune sensibilité et mon freinage doit s'y adapter.
    En m’efforçant de faire quelques mouvements de mes doigts avant d'attaquer la descente, le phénomène semble moins prononcé. Je vais devoir très certainement me couvrir d'avantage les mains pour les descentes. A voir … c'est un petit détail, mais sur 330 km, tous les détails ont leurs importances. 

    Quoi, qu'il en soit, je me sens en grande forme. Je me sens confiant. Je sais ce qu'il faut faire et ne pas faire pour atteindre mon objectif de devenir Finisher du Tour du Mont Blanc. 

    PS : je m'excuse auprès de mes fidèles lecteurs. Je suis beaucoup moins actifs sur mon blog car j'optimise mon temps, en donnant des nouvelles plus facilement et rapidement sur ma page Facebook via mon téléphone
    https://www.facebook.com/TeamSpondylarthrites/
    J'ai allumé mon ordinateur pour la première fois, ce matin, pour poster ces nouvelles.
    Merci de votre compréhension.
    Bon week-end

    Allez, quelques photos pour me faire pardonner :

    Préparation en Espagne

    Préparation en Espagne

    Préparation en Espagne

    Préparation en Espagne

    Préparation en Espagne


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :